Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interview de Catherine Siguret

21 Mars 2014

Interview de Catherine Siguret

- Catherine Siguret: J'ai lu l'ensemble du Tanakh pour la première fois à 42 ans !

- Catherine Siguret, vous êtes journaliste et romancière, vous êtes l’auteur d’un livre qui s’intitule « La Bible en 200 questions-réponses » (Albin Michel) que proposez-vous dans ce livre ?

Catherine Siguret: Je propose de donner envie de ne pas se contenter de mon livre, c'est à dire que j'aurais pu l'appeler : "Rendez vous dans la Torah !" Afin de ne pas confisquer le Tanakh toutefois, puisque d'autres religions y revendiquent des racines, j'ai opté pour un titre plus oecuménique. Quoique je ne le sois pas puisque c'est bien au texte, rien qu'à lui, qu'inlassablement je me reporte dans les réponses. Elles citent souvent le verset hébreu, en français bien sûr, avec sa référence. J'espère par là entraîner le lecteur, surpris, amusé, perplexe, c'est selon, à aller directement puiser le bonheur à la source. Car c'est bien de bonheur qu'il s'agit. Certains l'ont oublié, parfois jamais su, mais il n'est jamais trop tard pour se souvenir de ce que l'on n'a jamais su. La preuve ? J'ai 44 ans, et j'ai lu l'ensemble du Tanakh pour la première fois à 42 ans !

- Est-ce une façon ludique de se familiariser avec le message biblique ?

C.-S.: Ma présentation est ludique, le fond ne l'est pas. A savoir que j'ai posé des questions avec trois réponses possibles, dont certaines tout à fait improbables, afin de permettre aux plus ignorants, notamment aux enfants s'ils s'essaient à répondre avec leurs parents dans un jeu à haute voix, de rire en sachant bien que non, ce n'est pas telle réponse qui est la bonne! Ce qui tient à l'écart du texte, c'est souvent la peur d'en être écrasé, écrasé comme par un rocher, par l'ignorance. Se dire "c'est un trop gros morceau", c'est se condamner assurément à l'écart de la lecture. Dans notre société, je crois qu'il faut emmener les gens dans la solennité avec le sourire, d'abord parce qu'ils ne comprennent plus une autre voie, ensuite parce qu'il n'a jamais été indiqué qu'on ne pouvait se réjouir d'aller cheminer sur un sujet des plus sérieux, bien au contraire. Nos Sages du Talmud ne démontrent-ils pas un formidable sens de la farce ? L'humour ouvre les coeurs, j'en suis persuadée, donc les esprits.

- Parlez vous hébreu?

C.-S.: Je ne "parle" malheureusement pas hébreu, car je débute, mais disons que je m'efforce de décrypter les versets importants, les racines, le tout avec l'aide de patients instructeurs comme l'un des membres de ma communauté, Jean-François Levy. Grand savant, il a bien voulu justement ne pas "m'écraser" de son savoir et écouter patiemment mes questions, parfois naïves, afin que je puisse offrir des réponses intéressantes pour le plus grand nombre. Grand public, mais justes à la fois. Si j'ai ramené une seule personne au Tanakh, sans se dire "c'est trop", je pourrai m'estimer comblée!

Catherine Siguret « La Bible en 200 questions-réponses ». Editions Albin-Michel. 240 pages. 10 euros. Novembre 2013. Internet: www.albin-michel.fr

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article