Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interview de Jean-Marc Alcalay

27 Février 2015

Interview de Jean-Marc Alcalay

Jean-Marc Alcalay : C'est la Bible, la Thora qui a permis au peuple juif de rester juif alors qu'il n'avait plus de nation.

- Jean-Marc Alcalay, vous êtes psychologue clinicien, vous êtes l’auteur du livre Lé-Haïm! Israël 1948” (Ysec). Dans ce livre soulignez vous certains thèmes sensibles que l’on tente aujourd’hui d’occulter en raison du conflit israélo-palestinien ?

Jean-Marc Alcalay : Oui, je pense que l'idéologie anti-israélienne a remplacé les faits historiques que j'ai voulu rappelés. A savoir par exemple que jamais un Etat palestinien n'a existé en dehors de la partition entre un Etat juif et un Etat arabe, votée par l'ONU le 29 novembre 1947. Jusque- là, la Palestine, ainsi baptisée par les Romains après la destruction du Temple, qui voulaient effacer le nom d'Israël, n'a toujours été qu'un district des différents empires qui ont succédé... De même, la Shoah n'est pas à l'origine de la création d'Israël, puisqu'elle a débuté en 1840 avec le sionisme religieux, puis s'est concrétisée en 1897 avec le sionisme politique de Théodore Herzl. D'une façon plus large encore, nous pourrions dire que le sionisme qui n'avait pas encore ce nom a commencé dès les premières expulsions des juifs de leur pays, à Babylone (589) d'abord puis avec la diaspora ensuite issue de la destruction du Temple de Jérusalem... Nous pourrions rajouté qu'Israël, ce que ce livre veut aussi démontrer, n'est pas né de la culpabilité des pays après la Shoah. Le vote à l'ONU n'a fait que refléter les intérêts stratégiques des uns et des autres... De même, sait-on que les pays arabes qui ont envahi le jeune Etat juif dès son Indépendance déclarée voulaient en même temps supprimer la Palestine naissante. Témoin l'arrivée des Egyptiens à Gaza deux jours après leur invasion. Sitôt arrivés, ils ont désarmé les habitants de Gaza... Nous pourrions multiplié les exemples comme celui des réfugiés dont seuls les Palestiniens peuvent revendiquer aux yeux de l'ONU le chiffre de sept millions, leurs descendants étant aussi comptés comme réfugiés. A noter que les pays arabes n'ont pas voulu les intégrer. C'est bien eux qui ont construit des camps dits de réfugiés, non les Israéliens..De même ne parle-t-on que rarement des juifs chassés d'une façon ou d'une autre des pays arabes, estimés entre 850 000 et 900 000, à partir de 1948, si bien qu'il n'y en a pratiquement plus dans le monde arabe... Les « frontières » sont aussi discutables, un mot trop souvent utilisé par les détracteurs d'Israël puisque seules des lignes de cessez-le-feu existent depuis 1948.... Lignes de cessez-le-feu donc mais pas frontière avec les territoires palestiniens...

- Pourquoi commencez-vous votre livre par des références bibliques?

J.-M.-A. : Parce que c'est la Bible, la Thora qui a permis au peuple juif de rester juif alors qu'il n'avait plus de nation. C'est la puissance du verbe du texte, du signifiant qui a permis la survie de ce peuple au-delà des siècles jusqu'au rétablissement de sa souveraineté en Israël... Il fallait aussi rappeler que le sionisme n'est pas "tombé du ciel" mais qu'il est le résultat du mouvement même de l'histoire juive depuis sa dispersion en même temps qu'il s'inscrit dans les mouvements qui au XIX e siècle ont amené les peuples à s'émanciper, dont le peuple juif en recréant son Etat. Mais oui, donc c'est la Bible qui l'a soutenu, qui a cimenté le peuple juif pendant toutes ces années d'errance à travers le monde. L'idée de retour est aussi très présent dans la Bible : il suffit de se souvenir de la fin de la prière de Pessah : "l'an prochain à Jérusalem"....

- En tant que psychologue, que vous inspire l'attitude du monde occidental à l’égard du conflit israélo-palestinien?

J.-M.-A. : D'une façon générale, le monde occidental soutien les Palestiniens sans faire la différence par exemple entre les terroristes du Hamas que d'aucun qualifie de résistants. C'est pourquoi par exemple, les médias et les politiques ne parlent pas de la même manière des attentats qui ont eu lieu en France et ailleurs et ceux qui ont lieu en Israël alors que tous ces terroristes répondent aux mêmes mots d'ordre de Daesh, pour ne citer que ce mouvement... Nous savons aussi combien est sensible la frontière qui sépare antisémitisme et antisionisme... Sans doute l'occident, veut-il se dédouaner aussi de son rôle pendant la Shoah en présentant les victimes d'hier comme les bourreaux d'aujourd'hui dans une relation d'équivalence ou de superposition. Ce serait tellement plus simple de refouler sa culpabilité en faisant porter le même crime sur le dos des Israéliens vis à vis des Palestiniens... Mais voilà, ceux qui ont été des victimes hier, pas tous, ont fait renaître un pays démocratique, le seul qui aujourd'hui assure la protection de ses habitants, le seul qui, dans ce monde arabe" en pleine tourmente donne au monde des prix Nobel et assure à son peuple une relative aisance de vie... Le seul qui est du côté de la vie et non qui glorifie la mort, le seul qui peut dire comme j'ai titré mon livre : " A la vie"... Alors oui de montrer que face aux événements, c'est toujours chez les juifs la pulsion de vie qui triomphe des forces destructrices, c'est peut-être gênant... c'est peut-être un peuple aussi encombrant qu'indispensable...

- Cette attitude ne risque-t-elle pas de retarder la paix?

J.-M.-A. : Pour que la paix puisse enfin advenir, peut-être que l'occident ne devrait pas penser qu'au pétrole que le monde arabe leur livre. Et si il est facile de rappeler aux Israéliens leurs devoirs et aux Palestiniens leurs droits, l'Occident devrait aussi rappeler aux Palestiniens leurs devoirs : de ne pas cautionner le terrorisme, de ne pas jouer un double jeu et d'avoir une réelle volonté de paix... alors peut-être...

Jean-Marc Alcalay – Lé-Haïm ! (A la vie !) Israël 1948 – Editions Ysec – Octobre 2014 – 152 pages – 18 euros. Site : www.ysec.fr

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article