Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interview de Claude Torracinta

22 Avril 2016

Interview de Claude Torracinta

Claude Torracinta : "Rosette a droit à réparation"

- Claude Torracinta, vous êtes journaliste. Votre nouveau livre, préfacé par Ruth Dreifuss, s’intitule:”Rosette, pour l’exemple” (Slatkine). Qui était Rosette Wolczak ?
Claude Torracinta : D’origine polonaise, née à Paris en 1928, devenue française en 1933, Rosette Wolczak quitte Paris avec ses parents fin 1941 en raison des mesures antijuives prises par les autorités françaises. Après s’être réfugiés à Lyon, puis près
de Grenoble, ses parents décident de la faire passer en Suisse. Rosette franchit la frontière dans la région genevoise le 24 septembre 1943. Ayant moins de seize ans, elle est autorisée à rester en Suisse et est internée dans un camp soumis à l’autorité militaire.

- Pourquoi cette adolescente juive, menacée d’arrestation en France et qui a franchi la frontière suisse le 24 septembre 1943, a-t-elle été refoulée le 16 octobre 1943?

C.-T. : Elle est refoulée pour raison disciplinaire et avoir « outragé les mœurs ». Les militaires lui reprochent d’avoir eu des rapports sexuels avec un réfugié et une conduite indécente avec des soldats chargés de la garde du camp lors d’une soirée organisée à l’occasion de Rosh Hashana, le Nouvel an juif. L’officier responsable parle de « provocation à la débauche » et de « délit contre les mœurs ». Décision est prise de la refouler afin, disent les officiers, de faire un exemple. A aucun moment ils ne tiennent compte de son âge, de sa solitude et des conditions de vie dans les camps.

- Arrêtée par les Allemands, Rosette a été déportée et assassinée à Auschwitz. En agissant ainsi les autorités suisses pouvaient-elles ignorer qu’elles envoyaient l’adolescente à une mort certaine?

C.-T. : En octobre 1943, les responsables militaires en poste à Genève n’ignoraient pas que les patrouilles allemandes contrôlaient la frontière et que les juifs qu’ils arrêtaient étaient déportés vers l’Est.

- Quel est l’aboutissement de l’enquête que vous avez menée en Suisse, en France et en Allemagne?

C.-T. : Les documents que j’ai retrouvés et les témoignages prouvent que Rosette a été victime d’une décision arbitraire que rien ne justifiait. Victime aussi de l’antisémitisme de certains officiers à l’égard des juifs originaires des pays de l’Est et de la rigueur avec laquelle était appliquée la politique fédérale à l’égard de ceux qui tentaient de trouver refuge en Suisse. Avec ce livre j’ai simplement voulu raconter l’histoire tragique de Rosette et assumer un devoir de mémoire car elle a droit à réparation.

Claude Torracinta - « Rosette, pour l’exemple » - éditions Slatkine - 2016 - 96 pages - www.slatkine.com

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article