Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interview d'André Rozenberg

13 Juin 2013

Interview d'André Rozenberg

André Rozenberg: "J'ai été le plus jeune enfant juif de France déporté en 1943"

André Rozenberg, vous êtes professeur de Lettres honoraire, docteur en histoire. Vous êtes l’auteur du livre « Les enfants dans la Shoah » (Les Editions de Paris Max Chaleil). Les historiens se sont-ils suffisamment penchés sur ce sujet ou bien reste-t-il encore des zones d’ombre ?

André Rozenberg: Quand j'ai entrepris ce travail, les enfants - qu'ils soient juifs ou tsiganes - n'avaient guère retenu l'attention. Le sort de cette enfance sous l'Occupation tient une place des plus modestes dans l'Histoire. On est tenté d'englober la déportation et l'assassinat des enfants juifs dans l'ensemble des victimes de la guerre sans mentionner d'une façon précise en quoi leur situation douloureuse diffère de celle des autres déportés adultes. On a amalgamé dans une même souffrance, celle des adultes et celle des enfants pour qui aucun traitement de faveur n'a été fait. Trop souvent la déportation des enfants est apparue sous forme d'exception. De leur déportation, on ne soulève le plus souvent, que les aspects les plus extraordinaires et qui frappent le plus l'imagination, et ceux qui sont les plus horribles. Il fallait donc éviter ce travers et montrer combien toutes les lois et ordonnances, publiées entre 1940 et 1944, décrèteront l'isolement et l'arrestation de plusieurs milliers d'enfants, combien aussi elles prépareront l'opinion française à ces futures arrestations, combien enfin elles ne leur donneront aucune chance de se sauver. L'enchaînement: arrestation, internement et déportation, devenait alors inéluctable. C'est cet enchaînement meurtrier - jamais vu dans l'Histoire- que j'ai voulu dire. Ce fut un travail obstiné et douloureux.

Dans votre livre vous abordez la déportation des enfants juifs et tziganes de France. Connait-on le nombre d’enfants déportés et de survivants ?

A.R: En se fondant sur les archives françaises et allemandes et sur les travaux de Serge Klarsfeld, on sait qu'entre mars 1942 et août 1944 environ 76000 Juifs de France - sur une population d'environ 300 000 - ont été déportés. Moins de 3000 sont revenus. Les enfants de moins de 14 ans au moment de l'arrestation sont plus de 17 000 (convois de Drancy et de Malines). Environ 300 d'entre eux survivront à la Libération. Aucun survivant des convois de 1942 et de 1943. J'ai le "triste privilège" d'avoir été le plus jeune enfant juif de France déporté en 1943 et d'avoir vécu le plus long temps de déportation (octobre 1943 à mai 1945).

Vous avez été déporté à 3 ans et demi avec votre famille au camp de concentration de Ravensbrück puis de Bergen-Belsen d’octobre 1943 à mai 1945. Gardez-vous des souvenirs de cette sombre période de votre vie ?

A.R: A cet âge, bien sûr, je n'ai gardé que peu d'images des camps et c'est peut-être … une bonne chose. En revanche, ces quelques images sont d'une grande violence et elles sont toujours présentes à mon esprit. - images de nuit, de neige et de froid, images de châlits qui s'effondrent et les images de l'enfant de quatre ans que j'étais et qui, chaque soir, attendait le retour de sa mère partie travailler dans différents kommandos. Images d'une terrible angoisse car il craignait toujours que cette mère adorée ne fût plus là.

André Rozenberg « Les enfants dans la Shoah » Les Editions de Paris Max Chaleil 492 pages 25 euros www.leseditionsdeparis.com

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article