Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interview de Christian-Georges Schwentzel

29 Juillet 2013

Interview de Christian-Georges Schwentzel

Christian-Georges Schwentzel: Après la destruction de Jérusalem, le judaïsme se méfie plus que jamais des dirigeants politiques, fussent-ils juifs.

Christian-Georges Schwentzel, vous êtes professeur d’histoire ancienne à l’Université de Lorraine (Metz). Votre livre s’intitule « Rois et reines de Judée IIè s. av. – Ier s. apr. J.-C. » Qu’est-ce qui différencie les souverains hasmonéens des Hérodiens ?

Christian-Georges Schwentzel: Les Hasmonéens, c'est-à-dire les souverains de la famille du héros libérateur Judas Maccabée, fondent un nouvel Etat juif indépendant, après des siècles de domination étrangère (d'abord babylonienne, puis perse et gréco-macédonienne). Ils remportent d'éclatantes victoires militaires sur leurs voisins et paraissent reconstituer le royaume de David. Les Hérodiens, par contre, sont des souverains "clients" des Romains, des "vassaux" comme on aurait dit au Moyen Age. Hérode n'est pas un roi indépendant : il doit rendre des comptes à l'empereur Auguste, son maître, qui règne sur l'Empire romain. Cela dit, on note aussi des points communs entre les deux dynasties : un autoritarisme sans scrupules, la répression des opposants, un usage habile et calculé de la propagande... Le roi hasmonéen Alexandre Jannée et Hérode le Grand sont vus comme des tyrans sanguinaires par un grand nombre de leurs sujets. La vision globale des Hasmonéens et des Hérodiens dans l'historiographie est également négative.

Est-il facile pour l’historien de faire la part entre la légende et la réalité historique ?

C-G S: Non, car l'historien manque de sources et celles qu'il possède sont toujours plus ou moins biaisées. Faire la part entre la légende et la réalité constitue une part essentielle du travail historique. L'historien est parfois un casseur de mythes. En fait, le problème consiste à trouver une voie médiane entre le scepticisme généralisé et la complaisance naïve. Mais le chercheur dispose d'une méthode consistant notamment, comme préalable, à critiquer les sources : d'où viennent-elles ? Qui parle ? Pourquoi l'auteur dit-il ce qu'il dit ? A-t-il un intérêt particulier à le faire ? Toute enquête historique commence par un questionnement sur les sources, en l'occurrence les deux premiers livres des Maccabées et les écrits de Flavius Josèphe.

Quelles sont les principales caractéristiques de l’idéologie des souverains évoqués dans votre livre ?

Tous se définissent comme juifs. Ils appartiennent au peuple juif, à l'ethnos, comme on disait alors dans les sources grecques (les livres des Maccabées et les ouvrages de Flavius Josèphe sont écrits en grec). Le terme ethnos désigne un peuple avec ses coutumes ancestrales, ses traditions propres, ses mythes, son culte, son territoire, éventuellement sa langue... Les Hasmonéens puis Hérode le Grand se posent en protecteurs et bienfaiteurs des Juifs. Judas Maccabée rétablit le culte traditionnel dans le Temple ; Hérode fait magnifiquement rebâtir le sanctuaire (l'actuel Mur des Lamentations remonte au règne d'Hérode). Ils prétendent aussi entretenir un lien privilégié avec Dieu, afin de légitimer leur pouvoir ; c'est ce que Flavius Josèphe appelle la théocratie (Contre Apion II, 165). L'Hasmonéen Jean Hyrcan laisse entendre qu'il possède des dons prophétiques ; Hérode affirme que Dieu lui a sauvé la vie à plusieurs reprises et l'a fait roi afin d'assurer le bonheur de l'ethnos juif. Il y a aussi une dimension messianique dans l'idéologie des Hasmonéens et d'Hérode.

Comment expliquer que ces deux dynasties aient conduit à la chute de Jérusalem en l'an 70 ?

C-G. S: C'est là une question centrale dans toute l'historiographie de la Judée depuis Flavius Josèphe. L'histoire des Hasmonéens et, à plus forte raison, des Hérodiens est déterminée par la destruction du Temple et de Jérusalem. Elle est rétrospectivement perçue comme le prélude à cette catastrophe qu'ils n'ont pas réussi à empêcher. C'est Flavius Josèphe qui, témoin des faits, a imposé cette vision "dramatique", il y a presque deux mille ans. Bien sûr, cette représentation ne manque pas de pertinence. Mais l'historien doit aussi réussir à la mettre parfois de côté, afin de se replonger dans le contexte particulier de chaque règne. On peut alors mieux percevoir l'originalité politique, voire les efforts de certains souverains pour apaiser les conflits du moment. En fait, les rois et reines de Judée ne peuvent être tenus pour les seuls responsables. Hérode n'est pas qu'un tyran ni un monstre, contrairement à la légende noire qui colle au personnage (même s'il ne s'agit nullement de nier ses crimes) ; il a aussi remporté d'indéniables succès : reconstruction du Temple, embellissement de Jérusalem, bonne gestion du royaume, fiscalité relativement modérée, lutte efficace contre la famine... Les maladresses à répétition du pouvoir romain, ainsi que les rivalités entre les divers courants juifs de l'époque (le judaïsme est alors divisé en véritables partis politico-religieux qui s'opposent) alimentent aussi ce qu'on a pu se représenter, depuis Flavius Josèphe, comme un engrenage inéluctable. De manière générale, les rois et reines de Judée incarnent, malgré eux, l'échec du judaïsme politique de l'Antiquité. Après la destruction du Temple, le judaïsme se reconstruit dans une dimension essentiellement religieuse et spirituelle, qui n'est d'ailleurs pas absente non plus du christianisme naissant. Bien que traité de "roi des Juifs" par les Romains, Jésus avait rejeté toute dimension politique de son "règne". De même, comme l'a montré le chercheur Dan Jaffé (Revue biblique 115, 2008, p. 105-126), les rabbins ont diffusé une image négative des souverains de Judée ; ils ont même censuré les livres des Maccabées. Après la destruction de Jérusalem, le judaïsme se méfie plus que jamais des dirigeants politiques, fussent-ils juifs.

Christian-Georges Schwentzel « Rois et reines de Judée IIè s. av. – Ier s. apr. J.-C. » Lemme edit illustoria 106 pages 17,90 euros www.lemmeedit.com

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article