Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interview de Frédéric Tournoux

4 Juillet 2013

Interview de Frédéric Tournoux

Frédéric Tournoux: « Rachel a été en butte à des attaques antisémites de la part d'une certaine presse »

- Frédéric Tournoux, vous êtes professeur de lettres, votre dernier roman s’intitule « Mademoiselle Rachel - Solitudes d’une tragédienne » Editions Glyphe. Qui est Mademoiselle Rachel ?

F-T: Mademoiselle Rachel (1821-1858) est une très grande tragédienne, qui connut une renommée internationale, comparable à celle de Sarah Bernhardt, qui lui succéda quelques années plus tard. Elle fut la première comédienne à parcourir le monde, se rendant même à Cuba pour y jouer Corneille et Racine. Malheureusement, atteinte de phtisie, c'est à dire de la tuberculose, elle disparut à l'âge de trente-sept ans. Cent mille personnes assistèrent à ses obsèques au cimetière du Père-Lachaise à Paris.

- Pourquoi avoir choisi le roman plutôt que la biographie pour raconter la vie de cette tragédienne juive ?

F-T: Mon livre reprend les aspects les plus marquants de l'existence de Rachel mais il s'agit en effet d'une vie romancée car cela me permet de rendre le personnage encore plus proche du lecteur. C'est ainsi que l'on trouve dans mon récit de nombreuses pages en italiques qui correspondent à un journal intime de mon héroïne, mais cela est une création de ma part, puisque Rachel n'a jamais tenu de journal intime. Grâce à celui-ci, j'espère mieux mettre en valeur l'intensité profonde qui animait la grande tragédienne. De plus, certains épisodes de sa vie sont peu connus. Par exemple, elle a écrit une lettre à une amie pour lui dire qu'elle désirait se rendre au bagne de Brest, afin d'être confrontée, comme dans les tragédies, à la misère morale et aux tourments de l'être. Cette lettre est très brève, à peine une page, et il m'a paru passionnant d'imaginer ce qu'elle avait pu ressentir en un tel lieu, alors qu'elle-même n'en disait rien dans son courrier à son amie.

- Dans votre roman sur quels moments de la vie de Rachel avez-vous mis l’accent ?

F-T: Tout d'abord, les grandes tournées: l'Angleterre, l'Europe centrale, la Russie, l'Italie puis l'Amérique, Cuba. Par ailleurs, ses rencontres avec les grands écrivains et poètes: Musset (avec lequel elle eut une liaison), Lamartine, Alexandre Dumas et bien d'autres encore. Enfin, mais ce n'est pas exhaustif, sa vie sentimentale agitée car cette femme extraordinaire se voulait libre. Elle a déclaré, en parlant des hommes et de ses amours: "Je veux bien des locataires mais pas de propriétaires."

- Rachel a-t-elle beaucoup souffert de l’antisémitisme ?

F-T: Je ne pense pas que l'on puisse dire qu'elle en ait souffert mais cela a pu l'atteindre car elle fut, effectivement, en butte à des attaques antisémites de la part d'une certaine presse.

- Rachel a-t-elle beaucoup apporté au théâtre français ?

F-T: Enormément car elle a su interpréter Racine et Corneille notamment (ses deux auteurs de prédilection) en donnant à son jeu une langueur toute romantique - loin des déclamations emphatiques auxquelles le public était habitué - que sa beauté rendait encore plus touchante. Comment ne pas tomber amoureux d'elle? C'est ce qui m'est arrivé...

Frédéric Tournoux « Mademoiselle Rachel Solitudes d'une tragédienne », roman, Editions Glyphes, novembre 2012, 136 pages, 12 euros.

Site: http://www.editions-glyphe.com

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article