Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

interview de Jean-Luc Guillet

22 Mai 2013

interview de Jean-Luc Guillet

Jean-Luc Guillet: La première rafle a lieu à Nice le 26 août 1942. Elle est organisée par la police de Vichy

Jean-Luc Guillet vous êtes écrivain. Votre livre “Rafles Nice 1942-1944” vient de paraitre aux Editions Baie des Anges. Comment avez-vous été amené à vous intéresser à ce sujet?

Jean-Luc Guillet : Suite à l’écriture d’un texte* sur l’exil des auteurs allemands, au cours des années trente, j’ai réalisé qu’au-delà des grands noms de la littérature, il existait des milliers d’anonymes, dont la plupart, sans grande ressources, allaient trouver refuge à Nice. J’ai eu envie de leur redonner une identité, de savoir quelle était leur existence, où ils logeaient, quel était leur métier, quelle serait leur destinée. Mon travail concerne les Juifs étrangers et apatrides, ainsi que les Juifs de la Région de Nice.

Comment a réagi Me Serge Klarsfeld (préfacier de votre livre) quand vous l’avez informé de ce projet?

J-L G : Exact. Ma première démarche a été d’écrire à Serge Klarsfeld afin de lui faire part de mon projet. Il m’a gentiment répondu, me demandant de l’appeler. Au téléphone, sa première question a été de savoir pourquoi je voulais traiter ce sujet. J’évoquai donc les raisons ci-dessus. Il m’a alors conseillé de commencer à travailler et de lui envoyer mon texte au fur et à mesure de son avancée. Ce que j’ai fait.

Vous distinguez deux époques: 1939-1942 et 1942-1944. Quand débutent les arrestations de juifs et comment sont-elles organisées?

J-L G: La première rafle a lieu à Nice le 26 août 1942. Elle est organisée et menée uniquement par la Police de Vichy. Cinq cent soixante Juifs étrangers ou apatrides sont alors arrêtés, conduits à la caserne Auvare, puis transférés à Drancy et déportés à Auschwitz. Quelques arrestations se poursuivront jusqu’en novembre, date à partir de laquelle les troupes italiennes d’occupation protègent les Juifs. Les rafles reprennent en septembre 1943, lorsque les Italiens se retirent du territoire. Celles-ci sont menées par Aloïs Brunner jusqu’en décembre, puis par la seule Gestapo, aidée entre autres de la Milice, jusqu’en juillet 1944. Durant cette longue période, ce sont également les Juifs français et niçois qui sont traqués, pourchassés sauvagement à travers la ville. Trois mille Juifs sont arrêtés, enfermés dans un premier temps à l’Hôtel Excelsior, puis déportés à Auschwitz, via Drancy. Moins d’une centaine d’entre eux reviendra.

Des actes de sauvetage ont-ils eu lieu?

J-L G: Les actes de sauvetage viennent de la part de la population niçoise qui cache chez elle les personnes, hommes, femmes et enfants. Aussi par les filières d’évasion mises en place par le Résistance juive, mais aussi par les autorités religieuses qui ouvrent églises, couvents et instituts…

*Balade dans le Var, sur les pas des écrivains ». Editions Alexandrines.

Jean-Luc Guillet Rafles Nice 1942-1944 Editions Baie des Anges 128 pages 12,50 euros

www.baiedesanges-editions.com

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article