Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interview de François Azar

30 Novembre 2014

Interview  de  François  Azar

François Azar : « La culture judéo-espagnole est encore bien vivante »

- François Azar, vous êtes l’auteur du livre “Le perroquet juif et autres contes judéo-espagnols” (illustré par Aude Samama). Que découvre-t-on dans ce livre?

François Azar : On y découvre d'abord de belles histoires de la tradition judéo-espagnole, c'est-à-dire des Juifs venus d'Espagne et établis pendant 500 ans dans l'Empire ottoman. Ces contes transmettent toute la sagesse et l'humour de ces communautés qui ne vivaient pas en ghetto mais au contact de leurs voisins musulmans, arméniens, arabes ou grecs. On y retrouve en filigrane beaucoup d'éléments de la vie des communautés : les rapports entre riches et pauvres, les luttes commerciales, le rapport au pouvoir, l'importance du bien manger... Nous avons choisi ces histoires non seulement pour leur qualité narrative mais également pour les réflexions qu'elles suscitent. Beaucoup de contes transmettent en effet une morale pratique : l'importance par exemple de conserver sa réputation dans un monde où les transactions se fondent sur la parole. La morale de certaines histoires est très ouverte et offre plusieurs interprétations. Cela permet de prolonger la lecture notamment auprès des enfants. La peinture d'Aude Samama est aussi pour beaucoup dans la réussite de cet album car elle fait revivre avec talent cet univers du conte oriental.

- Pourquoi un tel intérêt pour la culture judéo-espagnole?

F.-A. : Depuis déjà plus d'un siècle on pronostique la disparition de la culture judéo-espagnole. Il est vrai que les communautés se sont dispersées bien au-delà du bassin méditerranéen et qu'elles ont subi des pertes immenses avec la Shoah. Pourtant cette culture est encore bien vivante avec ses clubs, ses associations, ses rencontres. Comme pour le yiddish, il s'agit d'une culture de diaspora avec un rayonnement universel. Surtout il s'agit d'un univers très original, formé par des apports successifs : la culture arabo-andalouse, l'aventure marrane, le monde ottoman, les cultures occidentales françaises et italiennes sans oublier la culture juive. En même temps il y a un fond méditerranéen très fort qui unit toutes ces composantes. Aujourd'hui on constate un nouvel intérêt pour cette culture. On n'a jamais mené autant d'études sur le judéo-espagnol dans le monde universitaire. Des jeunes souhaitent renouer avec l'héritage de leurs parents ou de leurs grands-parents à travers la cuisine et les chants. Plus largement, des artistes se saisissent du répertoire judéo-espagnol pour en donner des interprétations contemporaines. Et bien sûr l'univers des contes ne pouvait rester à l'écart de ce renouveau.

- Pourquoi avoir créé les éditions lior?

F.-A. : Il y a toujours eu des éditions judéo-espagnoles en France, mais avec la clôture du programme de publication de la Lettre Sépharade de Jean Carasso, il y avait le risque que celles-ci disparaissent. Nous avons donc voulu relever ce défi d'une manière un peu différente de nos prédécesseurs. Nous voulons partager les couleurs et le plaisir visuel et tactile de notre culture méditerranéenne en réalisant des livres qui soient aussi des objets de désir, que l'on ait envie d'offrir et de feuilleter avant même de les lire. Tous nos livres auront une allure très contemporaine car la transmission aux jeunes générations est essentielle à nos yeux. Même lorsque nous publierons des livres de Mémoires, il faut que ces parcours soient des leçons de vie et qu'ils n'évoquent pas seulement avec nostalgie un monde à jamais disparu.

Aude Samama - François Azar - « Le perroquet juif et autres contes judéo-espagnols » - lior éditions - Edition bilingue - 50 pages – 15 euros.

Lire la suite

Interview d'Eliette Abécassis

2 Novembre 2014

Interview d'Eliette Abécassis

Eliette Abécassis : « Freud est un personnage très romanesque »

- Eliette Abécassis, vous êtes l'auteure du roman "Un secret du Docteur Freud" (Flammarion). Les derniers jours du père de la psychanalyse sont-ils passionnants au point d'écrire un roman?

E.-A. : Ces derniers moments en Vienne sont remplis d'une tension dramatique très romanesque, puisque Freud doit fuir les nazis qui le pourchassent et qui veulent éradiquer la psychanalyse. Par ailleurs, chaque instant de la vie de Freud est assez passionnante pour que l'on puisse écrire un roman. Freud est un personnage très romanesque, d'une grande intensité, animé de la volonté de résoudre l'énigme de l'homme.

- Quelle a été l'attitude de Sigmund Freud à l'égard de ses persécuteurs nazis?

E.-A. : Le courage, la dignité, la stupeur aussi. Il n'avait pas peur. Il était prêt à les affronter, même lorsqu'ils sont venus faire une perquisition chez lui.

- Ce livre est dédié à votre mère Janine Abécassis, professeur et psychanalyste. A-t-elle joué un rôle dans la rédaction de ce roman?

E.-A. : En effet, ma mère a joué un rôle important, elle m'a beaucoup aidée pour la documentation, les recherches, elle est en effet professeur de psychologie et psychanalyste, et ce livre est bien le reflet de l'enseignement qu'elle m'a prodigué et de sa passion pour le docteur Freud.

Eliette Abécassis - « Un secret du Dr. Freud » - Editions Flammarion - 208 pages - 18 euros - www.editions.flammarion.com

Lire la suite