Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interview de Cécilia Dutter

31 Janvier 2014

Interview de Cécilia Dutter

Cécilia Dutter: « Etty Hillesum ne s’est nullement convertie au christianisme »

- Cécilia Dutter, vous êtes romancière, vous venez de sortir « Un cœur universel. Regards croisés sur Etty Hillesum » (Editions Salvator). Il s’agit de votre deuxième livre sur ce thème. Pourquoi cet intérêt pour Etty Hillesum ?

Cécilia Dutter: L’année 2014 marque le centenaire de la naissance d’Etty Hillesum. A cette occasion, j’ai souhaité mettre en lumière l’universalité de son message d’amour et de paix. Sa spiritualité intuitive, personnelle, singulière, sans frontières, sans limites, ouverte sur le monde, me semble pouvoir répondre en effet à la quête de sens contemporaine. C’est pourquoi, bien qu’ayant déjà écrit sur Etty, je voulais approfondir dans un nouvel essai cette foi lumineuse qui se situe à la croisée des croyances, des cultures, des traditions et touche en cela le fonds commun de l’âme humaine. L’objet de cet ouvrage est de souligner la richesse et la densité de ces écrits.

- Comment est structuré cet ouvrage paru sous votre direction ?

C.D: Après avoir rappelé dans un avant-propos nourri les éléments biographiques et le parcours d’Etty Hillesum, je consacre un développement à la fois personnel et analytique à cette figure de femme en laquelle je me reconnais et à cette spiritualité dont je me sens proche, moi qui suis à la fois chrétienne et juive, par ma mère. Puis, j’ai demandé à cinq contributeurs de confession et d’horizon différents du mien de venir à leur tour parler d’Etty. Il s’agit de Delphine Horvilleur, deuxième femme ordonnée rabbin en France, d’Alain Delaye qui ouvre les écrits d’Etty aux spiritualités orientales, de Ghaleb Bencheikh qui nous offre un regard musulman sur ce corpus, de Jacques Arènes, psychanalyste et d’Emmanuel Jaffelin, philosophe.

- Certains assurent qu’Etty Hillesum s’est convertie au christianisme. Votre livre laisse entendre au contraire qu’elle est restée fidèle au judaïsme jusqu’au bout. Quelle est votre position à ce sujet ?

C.D: Etty ne s’est nullement convertie au christianisme, ni à une autre religion. Il est indéniable qu’elle a été nourrie par de nombreuses lectures chrétiennes (la Bible, les Evangiles, Saint-Augustin) et que sur certains aspects, son message s’avère de forte inspiration chrétienne. Mais il serait très réducteur de ne la lire qu’à travers le prisme chrétien. Etty était juive. Et même si elle n’a pas été élevée dans la foi juive, elle semble dépositaire d’un bagage immémorial qui transparaît dans ses écrits et, sur bien des points, vous avez raison, son « croire » est emprunt de la tradition judaïque. Au cours de l’entretien qu’elle a bien voulu m’accorder dans cet ouvrage, Delphine Horvilleur nous les rappelle tout comme elle souligne également l’existence de quelques points de rupture avec la pensée hébraïque. Fondamentalement, Etty est porteuse d’une foi ouverte et a-dogmatique.

- Quel est le message spirituel d’Etty Hillesum ?

C.D: Peut-être pourrait-on le résumer par cette phrase, tirée de son journal : « La force essentielle consiste à sentir au fond de soi, jusqu’à la fin, que la vie a un sens, qu’elle est belle, que l’on a réalisé ses virtualités au cours d’une existence qui était bonne, telle qu’elle était. » Rappelons que ces mots ont été écrits au cœur de la barbarie nazie : Etty est morte à Auschwitz, le 30 novembre 1943. Garder le sens du sacré de la vie au sein de l’entreprise la plus radicale d’anéantissement de la vie qu’est la Shoah, c’est le lumineux message de résistance spirituelle que cette femme exceptionnelle laisse au monde.

« Un coeur universel Regards croisés sur Etty Hillesum » Sous la direction de Cécilia Dutter – Editions Salvator – 192 pages – 19 euros.

www.editions-salvator.com

www.cecilia-dutter.fr

Lire la suite

Interview de Jean Hirsch

6 Janvier 2014

Interview de Jean Hirsch

Jean Hirsch « La cohabitation pacifique entre les trois religions est rationnellement possible »

- Dr. Jean Hirsch, vous êtes l'auteur du livre “Les monothéismes dans leur simplicité” (Editions L'Harmattan). Quels sont les principaux arguments développés dans ce livre?

Jean Hirsch : Les religions monothéistes ont perdu de leur éclat en ce début du XXIe siècle pour diverses raisons que l'on peut résumer ainsi: Les lieux de culte sont moins fréquentés dans les pays développés en raison de la sécularisation; les vocations à la prêtrise se font rares. Il y a l'irruption de l'immense Asie sur le plan de la scène mondiale, Asie où il n'y a pas de dieu au sens biblique du terme. La manifestation massive de l'Islam en Occident , et ce sans que cela relève d'un plan organisé, perturbe les schémas anciens. (Jusqu'à la première guerre mondiale beaucoup de chrétiens espéraient évangéliser le monde). La Shoa (massacre de circoncis par des baptisés), la naissance et le développement de l'Etat d' Israël ont achevé de modifier le paysage religieux, entrainant la nécessité d'une nouvelle description. Aujourd'hui, comme auparavant, les trois religions veulent chacune être le véritable et unique destinataire du livre sacré la Bible incréée, c'est à dire d'origine divine pour les musulmans, mise par écrit 26 générations avant la création du monde pour les juifs.

- Existe-t-il beaucoup d'éléments communs aux trois monothéismes?

J.H : Les éléments communs aux trois monothéismes sont : la foi en un Dieu unique , intervenant dans la création et la transformation de l'univers, maître de l'Histoire, s'intéressant à chaque être humain dans sa singularité, foi en une eschatologie (jours derniers) où l'aventure humaine n'est pas terminée à la mort: le sort du bon est différent de celui du méchant. Foi en la venue ou le retour du Messie. Ces éléments communs aux différentes croyances sont un socle solide d'empathie, puisque, in fine, nous avons le même Dieu.

- L'objectif de ce livre est-il seulement une meilleure compréhension des religions du livre?

J.H : L'objectif de ce livre est une meilleure compréhension du monde moderne: judaïsme et christianisme non seulement ont les mêmes textes bibliques, mais également le vaste corpus inter-testamentaire d'origine juive, recueilli par les chrétiens, sans oublier le judaïsme alexandrin avec Philon ainsi que Qumran. Le monde moderne est l'oeuvre du christianisme. La description des similitudes législatives entre juifs et musulmans, d'autre part, est aisée, malgré les différences entre les droits divins et humains.

- Une cohabitation pacifique entre juifs, chrétiens et musulmans est-elle rationnellement possible?

J.H : Le Talmud mentionne l'existence historique de Jeshu, nom très répandu à cette époque. Il est juif bien qu'il ait péché, et supérieur au prophète des nations, Bilaam. Le christianisme a fait de Jésus au cours des siècles , au moyen des conciles, un Dieu qui possède à la fois une nature divine et une nature humaine, ce qui est inconcevable pour les juifs. Les musulmans (et d'autres) le considèrent comme prophète. Le printemps arabe, 1789, vont dans la bonne direction par la restriction des droits divins et la mise en avant des droits humains (démocratie). L'impulsion est donnée mais le résultat semble encore bien lointain. La cohabitation pacifique entre les trois religions est rationnellement possible. Il faut signaler que les juifs ne se sont développés qu'en pays musulmans ou chrétiens, c'est à dire monothéistes, très peu par contre en Asie.

Jean Hirsch « Les monothéismes dans leur simplicité » éditions l'Harmattan - 420 pages - 40 euros. www.editions-harmattan.fr

Lire la suite